Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
en foret de Retz

en foret de Retz

mes randonnées en forêt de Retz décrites avec sitytrail et des cartes IGN. lieux atypiques, regards de la laie des pots, ponts de l'ancienne voie ferree Rethondes-Troësnes dans la foret, la Pierre Clouise, la Pierre Fortiere, la Cave du Diable, la Grotte Saint-Antoine, biopont, villages, photos.

la Grotte Saint-Antoine

coordonnées GPS:

latitude: 49,210882 (précision: 5m)

longitude: 3,161178 (précision: 6m)

altitude: 91m (précision: 10m)

La grotte Saint-Antoine (fin du 16ème siècle) est située au Sud-Est dans la forêt de Retz. Elle n'est pas indiquée sur les cartes IGN. Demande faite sur le site de géoportail dans le module spécifique (début 2017...).

En randonnée, j'y suis allé en venant d'Oigny en Valois et après avoir rejoint le carrefour du fond de l'Enfer, suivre à gauche la route du Fond du Haut Oisel et prendre à gauche à l'intersection avec la route Saint-Antoine. La grotte est située au dessus d'un petit étang privé qui lui, figure sur les cartes. Voir la randonnée suivante:

en forêt de Retz_51_12_2016_Oigny en Valois_la grotte St Antoine_les étangs de Bourcq_AR

Très très peu d'informations sur cet endroit. Il s'agit (voir liens) en fait d'un ermitage taillé dans la roche avec une grotte principale. A partir de cette grotte (accès escarpé) et en suivant la laie de la fosse aux demoiselles (petit sentier), on peut aller au bout de cet ermitage sur une centaine de mètres environ et en surplombant le début de l'étang privé. Il y a une source en contre bas (avant dernière photo) en pierre très proche de l'étang comme mentionnée par l'instituteur (voir lien cercle généalogique).

Voir aussi la dernière photo (carte) qui montre le tracé de l'ancienne voie ferrée entre Rethondes et Troësne. Cette voie ferrée passait en dessous de l'ermitage.

Pour les photos, il vaut mieux y être l'après midi vers 16-17h: la grotte est éclairée par le soleil et pas de contre jour (voir photos présentées ici). Ce qui ne fut pas le cas lors de ma randonnée (arrivé tôt le matin).

 

Je n'ai trouvé que deux documents sur internet mentionnant l'ermitage de Faverolles et sa grotte! Un vrai mystère cet endroit.

voir lien de la randonnée.

extrait du cercle généalogique de l'aisne rédigé par l'instituteur à Faverolles, le 20 Avril 1888 (voir lien):

"Saint Antoine, ermitage bâti vers la fin du 16ème siècle, à mi côte d'une
colline abrupte dominant la voie ferrée de Port aux Perches. Il se composait
d'un corps de logis, d'une chapelle et d'une grotte renfermant une statue de la
Vierge Mère. Au dessous naît une source protégée par un boyau en maçonneries.
Les bâtiments ruinés présentent une surface d'environ sept à huit ares, encore
circonscrite par des pans de murs s'élevant au dessus du sol. La grotte, de
forme presque cubique, offre un volume d'environ quinze à vingt mètres cubes.
L'excavation dont elle est creusée ne permettrait pas à plus de cinq personnes
de s'y tenir à l'abri. La Vierge actuelle doit être l'oeuvre d'un moine naïf ou
d'un artiste villageois; assez ancienne d'ailleurs, elle est littéralement
couverte d'inscriptions pieuses, chaque pèlerin lettré ayant cru devoir y
laisser sa trace comme à Saint Pierre de Rome. Il en résulte à la longue un
aspect singulier fort peu en harmonie avec la majesté divine.

Le personnel de l'ermitage semble avoir été assez peu nombreux: trois ou quatre
au plus. La tempête de 1793 les dispersa. Deux hommes des villages environnants
se signalèrent alors par leur haine contre les pieux solitaires : l'un de
Troësnes s'empara du tronc établi dans la chapelle; l'autre mutila la Vierge à
coups de cognée. Le premier vit ses enfants infirmes et finit misérablement. On
rapporte qu'il allait partout répétant: "Ne volez jamais les troncs d'église".
La vérité est qu'à ce vice du vol, il en joignait un autre : l'ivrognerie.
C'était trop de la moitié pour réduire l'intervention divine à une véritable
sinécure. L'autre fut aussi frappé dans ses enfants : ils furent tous albinos.
Le malheureux en mourut de douleur."

Extraits des contes et légendes (pages 179-180):

http://cfranquelin.free.fr/shrvc/production/legendes_pages_de_1981_tome_26.pdf

"La revanche de l'Ermite

Au 16e siècle, dans notre forêt, de nombreux ermitages abritaient encore de fervents adeptes du christianisme qui avaient choisi la solitude des bois pour s’adonner à la prière et à la contemplation. L’ermitage de Saint-Antoine, près d’Oigny-en Valois, était un des plus anciens. Carlier nous dit que les derniers ermites, ceux du XVIII ième siècle, avaient souvent choisi ce genre de vie pour le plaisir d’occuper une retraite agréable ... La chapelle de notre ermitage Saint-Antoine fut même interdite au milieu du siècle, à cause des abus scandaleux qui s'y commettaient. L'ermitage ne fut pas complètement abandonné, l’ermite continuant d’habiter la maison (1)’ ce qui nous vaut une aventure ((savoureuse)) racontée par Poilleux sous forme de légende ..."

Pour les cartes: © IGN - 2017

la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine
la Grotte Saint-Antoine

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article